- Rimbaud « pilleur d’épaves » ?
A propos de deux lettres conservées par le Musée-Bibliothèque Arthur Rimbaud, d'Émile Deschamps à Jean-Marie Carré.
Parmi les légendes qui ont couru sur Rimbaud, plusieurs concernent l’année 1878, période au cours de laquelle on ne sait guère ce que fut la vie de l’ex-poète. L’une de ces rumeurs, apparue à la fin des années 1920, faisait de Rimbaud un « pilleur d’épaves » au Cap Gardafui, pointe extrême de la corne orientale de l’Afrique, dans le golfe d’Aden.
Émile Deschamps se disait « presque certain » d’avoir connu Rimbaud en 1878 à Aden, où il était lui-même « premier commis » à l’agence des Messageries maritimes. Selon ce Deschamps, Jules Suel, propriétaire de l’Hôtel de l’Univers d’Aden, aurait engagé Rimbaud à Suez ou à Port-Saïd pour participer à « une petite expédition de pillage d’épave au cap Gardafui où un bateau s’était jeté ».

- Rimbaud « retrouvé » : pantalonnade dans la Pléiade.
Quand la dernière édition des Œuvres de Rimbaud dans La Pléiade révèle des passages inconnus du « Rapport sur l’Ogadine » qui avaient en fait déjà été publiés à la fin du XIXe siècle...

- Maigret chez Rimbaud.
Début 2011, en pleine polémique autour de la photo de Rimbaud à l’Hôtel de l’Univers, surgissait un étrange courrier de 1880. Il s’avère que ce document était un faux…

Cet article fait référence à la carte postale italienne mise en ligne par Roxane sur son blog le 7 mars 2011 (Voir aussi notre forum).
Cette carte comporte deux affranchissements : le premier de Châtillon le 20 novembre 1880, le second celui de Lausanne le 29 novembre de la même année. Elle serait authentique, le personnage Achille de La Harpe existe, les lieux aussi (La maison Le Chalet à Ouchy-Lausanne), la composition de l'encre est identique à celle utilisée au XIXe siècle, mais il s'agirait cependant d'un faux. En effet, l'analyse chromatographique, réalisée par l'un des plus grands experts français travaillant pour la police scientifique, montre que l'encre des cachets postaux de la ville de départ et de la ville d'arrivée est identique, ce qui est impossible pour l'époque. Pourquoi impossible ? Nous n'avons pas d’explication supplémentaire.
Deux autres éléments montreraient que ce faux est récent, mais les Libraires préfèrent ne pas les révéler. Ce faux, qui laissait entendre que le docteur Dutrieux avait passé quelques jours en août 1880 à Aden (On le savait pourtant à Siout, Égypte, à la mi-août) et qui aurait éventuellement pu redonner une chance à Rimbaud d'avoir sa place sur la photo dite "Un coin de table à Aden", n'aurait été réalisé que dans le but de piéger Les Libraires et de les déconsidérer.

- Charles Nedey, Hôtelier et photographe.
Les Libraires ont complété leur dossier sur Charles Nedey, mis en ligne en novembre 2010.
Souvenez-vous du gérant de l'hôtel de L'Europe à Aden, photographe et parent de Bidault de Glatigné.
Concernant les Porte (10/07/2010)
Concernant les Porte 2ème partie (25/08/2010)
A propos de Charles Nedey (20/09/2010)

- Rimbaud souriant : un dessin retrouvé.
Un croquis d’après le "Coin de table" de Fantin-Latour, qui n’était connu jusqu'ici que par un ancien catalogue de vente aux enchères. Enquête sur l’origine de ce dessin.

Je vous souhaite à tous une bonne rentrée, et bonne lecture !

MAJ du 15/10/2012 : Le blog a connu quelques problèmes de fonctionnement qui n'ont pas permis l'affichage des articles pendant quelques semaines. le problème a été identifié et résolu avec l'aide de mon hébergeur Infomaniak.